Le rodage des Haut-Parleurs, pour ou contre ?

Le rodage des haut-parleurs (en anglais : break-in… br8kin !) peut paraître obscure pour beaucoup. Il suffit d’assister aux débats portant sur la question au sein des forums audiophiles pour qu’aussitôt un sentiment de frustration générale survienne à l’issue de la lecture. Le rodage est-il nécessaire ? Ou bien n’est-ce là qu’une lubie d’audiophile exigeant ? Pourquoi tant d’avis divergent-ils ?

Car le rodage de haut-parleur est une question bien plus complexe qu’elle n’en a l’air.

Afin de faire le point, ce billet de blog va tenter d’exposer de manière la plus objective possible les arguments pro- et contre- rodages.

Alors, rodage des haut-parleurs, pour ou contre ?

rodage-casque-audio

« Burn-in » versus « Break-in »

Commençons par un peu de clarification terminologique. Dans la langue de Shakespeare, les termes burn-in et break-in sont le plus souvent employés comme s’ils étaient interchangeables, et généralement compris comme signifiant un même processus. Or il n’est rien. Sur ce point la langue anglaise bénéficie d’une précision qui fait défaut à la langue française : en effet le terme burn-in désigne un processus au cours duquel les composants sont maintenus en fonction pendant de longues périodes afin de détecter les défauts potentiels. D’autre part, le terme break-in désigne quant à lui un processus mécanique nécessitant un mouvement ou une pression, comme lorsque l’on doit « faire » ses nouvelles chaussures afin d’assouplir le cuir. Cela ne veut pas dire que le burn-in ne se produit pas avec les haut-parleurs : la mise en fonction de ces derniers va nécessairement provoquer de manière implicite le processus de vérification des composants, mais ce processus ne signifie que rarement un changement radical dans le profil sonore. De même que lorsque vous portez de nouvelles chaussures vous procédez sans même vous en rendre compte à un processus de vérification (est-ce que les coutures tiennent ? Le cuir ne se délave-t-il pas ?), de même par le seul fait de les porter vous leur donnez une forme particulière adaptée à votre pied. Le processus est similaire à l’usage lors de la mise en fonction de vos enceintes et lors de leurs périodes de rodage : vous contrôlez si leurs caractéristiques annoncées sont au rendez-vous avec les outils disponibles (descendent-elles bien jusqu’à 20 Hz ? Quelle est leur fréquence de coupure ?  N’y a-t-il pas eu d’erreur de polarité ? Etc.). En plus de ce contrôle, la période de rodage modifie les caractéristiques des haut-parleurs, afin que ceux-ci soient en conformité avec le cahier des charges dont elles sont issues.

rodage-enceinte-systeme

Quelle est la théorie contre-rodage la plus largement répandue ?

Cette théorie repose avant tout sur une méthodologie sceptique. Elle met en avant le manque d’études sur la question du rodage des haut-parleurs, et repose sur ce qui est difficile à quantifier : la perception du son.

Les arguments « contre-rodage » nient la réalité de l’assouplissement des suspensions ou l’importance de celui-ci sur la nature du son. Il est à noter d’ailleurs qu’au sein même de l’école « contre-rodage » apparaissent des doutes et des dissensions : certains n’hésiteront pas à nier purement et simplement tout l’effet du rodage sur la reproduction du son, quand d’autres le relativiseront, ou que d’autres encore l’admettront pleinement – mais à la condition de jouer un signal purement musical et non un signal technique. Certains enfin, moins radicaux, considèreront l’effet positif du rodage à la seule et unique condition d’employer des solutions de rodage professionnelles dédiées. Le champ des contradicteurs est donc rien moins que vaste – très vaste. À s’y perdre, assurément.

De plus, pour ces détracteurs, le rodage ne repose rien moins que sur un quasi effet placebo ou sur une attente ou une disposition psychologique de la part de l’utilisateur. La perception et la mémoire des sons demeurant subjective par nature, l’effet placebo est un contre-argument qui reviendra fréquemment.

Enfin, d’autres arguments de nature plutôt commerciale entreront en ligne de compte : en effet il serait difficile pour un fabricant de ne pas annoncer que leurs produits sonnent parfaitement dès la sortie du carton. Pourtant, certains considèrent la période de rodage comme étant pertinente : de nombreux concepteurs rodent eux-mêmes leurs enceintes, dans des conditions de chaleur et d’humidité particulières et maîtrisées, et ce pendant de nombreuses heures. Dans cette configuration, les deux processus (burn-in et break-in) s’avèrent concomitants : le constructeur éprouve et vérifie la qualité de son produit tout en rodant celui-ci.

ampli-rodage

Quelle est la théorie pro-rodage la plus largement répandue ?

La théorie principale soutient la thèse selon laquelle lors du processus de rodage (ici, le break-in) les suspensions des membranes des haut-parleurs tendent à s’assouplir en donnant plus de vie et de caractère au son. De la même manière qu’une paire de chaussures a été conçue pour être portée et donc s’assouplir à certains endroits et non d’autres, les membranes, le spider (ou l’accordéon) et les suspensions des haut-parleurs vont progressivement atteindre les caractéristiques telles qu’elles ont été conçues par les designers. Certains utilisateurs considèreront cette amélioration comme « subtile », d’autres comme étant « déterminante » dans l’appréciation du rendu sonore d’une enceinte. De nombreux constructeurs préconisent et définissent la période de rodage : dès lors, la question ne se poserait même pas.

Pour les subwoofers, comme le diamètre augmente, plus la rigidité de la membrane est importante : la fréquence de résonance diminue après rodage, la musicalité augmente de façon drastique. La technique de rodage est également valable pour des enceintes n’ayant pas fonctionné depuis une longue période : les matériaux s’étant endurcis, une période de rodage s’avère là-aussi nécessaire. Il n’est pas rare qu’un haut-parleur montre une chute de 5 à 10% de sa fréquence de résonance après avoir été rodé : la réponse en fréquence et les graves sont particulièrement affectés par le processus. Ainsi, les haut-parleurs sont considérés comme mécaniquement «matures» lorsque leurs composants sont rodés et stabilisés.

Et vous, quelle est votre expérience après le rodage de vos haut-parleurs ? Rodez-vous vos enceintes comme vous faites vos chaussures neuves ?

N’hésitez pas à nous en faire part en commentaire !